Les élèves de l'option théâtre visitent Paris

Lycée Général & technologique la Chartreuse

En ce mois mars, les élèves des options théâtre et arts plastiques du lycée la Chartreuse ont eu la chance de séjourner à Paris afin de découvrir les richesses de la capitale au travers de célèbres pinacothèques, de grandes salles de spectacle et de pièces de théâtre. Dès leur arrivée ils ont été immergés dans l’ambiance urbaine en empruntant le métro pour se rendre dans le quartier du Marais. Après une visite du musée Picasso qui détient la plus importante collection publique au monde des œuvres de ce peintre, les élèves ont déambulé jusqu’à la place des Vosges, avant de se rendre au Café de la Gare, théâtre mythique qui a vu les débuts de Coluche, Depardieu, Miou-Miou ou encore Romain Bouteille. Ils ont assisté à la représentation de J’aime beaucoup ce que vous faites, comédie hilarante qui raconte comment une fausse manœuvre avec un téléphone portable vous fait découvrir ce que vos meilleurs amis pensent de vous en réalité …Ce fut un grand moment de rire et d’émotion.

Le lendemain matin, direction l’opéra Garnier pour une visite époustouflante de ce chef d’œuvre architectural inauguré en 1875 à la demande de Napoléon III. Ce fut sans aucun doute le monument qui a le plus ébloui les élèves par son faste et son élégance. Ensuite ils se sont rapprochés du palais royal pour découvrir les fameuses colonnes de Buren, architecte contemporain. L'œuvre, qui occupe 3 000 m2 de la cour du Palais royal, est constituée d'un maillage de 260 colonnes tronquées) de marbre blanc de Carrare aux rayures blanches et noires. La seconde partie de la journée était consacrée, quant à elle, à de célèbres pinacothèques dont l’Orangerie située dans le jardin des Tuileries, musée qui détient quelques chefs d’œuvres impressionnistes dont les célèbres Nymphéas de Monet. Ensuite la petite troupe a traversé la Seine en direction du musée d’Orsay cette ancienne gare contenant une collection d’œuvres incontournables : Le Déjeuner sur l'herbe d'Edouard Manet, La classe de danse d'Edgar Degas, le Bal du moulin de la Galette d'Auguste Renoir, le Portrait de l'artiste de Vincent van Gogh...Puis le groupe s’est dirigé vers le musée du quai Branly consacré aux civilisations d'Afrique, d'Asie, d'Océanie et des Amériques via un détour pour saluer la grande dame de paris, la somptueuse tour Eiffel. Enfin la journée s’achevait au théâtre de la ville de Paris pour assister à la représentation de l’Etat de Siège de Camus mis en scène par Emmanuel Demarcy-Mota. Dans cette fable politique, l’auteur fait le récit alarmant d’une ville qui sombre dans la dictature : aidé de sa secrétaire (la Mort) et de sbires recrutés sur place (un fonctionnaire servile, un nihiliste accompli, un juge corrompu), la Peste fait régner la terreur : suspension de toutes les libertés, réglementations oppressives et contradictoires, la Peste contamine les sujets au hasard. Cette pièce grandiose a séduit les élèves tant par l’originalité de la mise en scène que par la perfection du jeu. Le troisième jour débutait par la visite d’un autre monument grandiose de la capitale : l’opéra Bastille commandé par François Mitterrand et inauguré le 13 juillet 1989. Son architecture marquée par la transparence des façades et par l'emploi de matériaux identiques à l'intérieur comme à l'extérieur a fortement impressionné les élèves. Avec ses 2 745 places à l'acoustique homogène, ses équipements de scène uniques, ses trente-trois kilomètres de couloirs et ses salles de travail et de répétitions, ce paquebot géant est le plus grand opéra d’Europe. Puis la journée se poursuivait avec la découverte du Centre Pompidou, célèbre établissement polyculturel voué à la création moderne et contemporaine où les arts plastiques sont à l’honneur. Après cette visite, les élèves se sont rendus au 59 Rivoli, ancien squat d’artistes réunissant aujourd’hui une trentaine d'ateliers de plasticiens. L’éclectisme et l’originalité de cette galerie ont suscité beaucoup d’interrogations et d’amusement chez les élèves. Enfin la journée s’achevait sur le troisième et dernier spectacle du séjour, Notre innocence (adapté de Victoires) écrit et mis en scène par Wajdi Mouawad qui raconte l’histoire d’un groupe d’amis confronté au décès brutal de l’une des leurs, Victoire, qui avait une vingtaine d’années. Dévastés, ses camarades oscillent entre la conviction d’un suicide et celui d’une mort accidentelle. Désemparés, ils refusent qu’il ne puisse exister qu’une seule réalité et sont obsédés par le geste qu’ils devront poser auprès d’Alabama, la fille de Victoire. Nul n’aurait pu imaginer la férocité de la transformation qu’une telle mort engendrerait chez chacun d’eux. Quand la disparition de l’un devient révélation pour soi, alors du nom de Victoire peut éclore l’élan de la vie. Cette pièce n’a laissé aucun élève indifférent de par les questionnements qu’elle suscite et la force du chœur composé d’une vingtaine d’acteurs. La dernière journée s’achevait par une flânerie sur la butte Montmartre en partant du Moulin rouge, via la fameuse rue Lepic pour déboucher sur la place du Tertre et ses célèbres caricaturistes avant d’admirer la basilique du Sacré-Cœur. Au final, c’est la tête bien remplie de merveilleux souvenirs qu’ils sont rentrés dans leurs pénates pour un repos bien mérité.